Rapport d’Orientation Budgétaire : Mais où est passée l’année 2018 ?

Passage obligatoire avant le vote du budget qui interviendra dans les semaines à venir, nous avons eu, lors du dernier conseil municipal, la présentation du Rapport d’Orientation Budgétaire 2019.

Une fois de plus, la majorité municipale, Fabien Thiémé en tête, s’est montrée très agressive et nerveuse à mon encontre ainsi qu’à l’encontre des élus socialistes. Cette dérive comportementale est certes symptomatique de l’incapacité qu’ils doivent ressentir à accomplir leur mission municipale mais n’en demeure pas moins inacceptable. Je la condamne avec force. Un débat démocratique doit se mener dans le calme et dans le respect. Au sein du Conseil municipal, nous sommes tous des élus de la République au service de notre ville et de ses habitants.

Sur le fond, il était facile de comprendre leur nervosité parce que le document de présentation du ROB était la démonstration de leur incapacité à gérer la ville.

Alors que nombre de communes peuvent se plaindre d’une baisse des dotations, à Marly, nous connaissons une augmentation constante des recettes de fonctionnement depuis plusieurs années (14,5M€ au CA2014, 14,88M€ au CA2018 et encore en hausse en 2019). Malgré cela, la majorité municipale peine à dégager une capacité d’autofinancement et augmente notre endettement d’une façon qui devient inquiétante comme le démontre également l’article de la Voix du Nord rapportant le contenu de ce conseil.

Cette difficulté pour notre commune à faire de l’épargne pour se constituer une capacité d’autofinancement est essentiellement liée à leur incapacité à maîtriser les dépenses de fonctionnement de notre commune. Alors que dans toutes les collectivités, les élus s’organisent pour rationaliser ces dépenses de fonctionnement et les diminuer le plus possible, à Marly c’est le contraire avec une augmentation de plus d’un million sur les 4 dernières années (13M€ CA2014, 14 058 769,49 au CA2018).

Concernant l’endettement, s’il était lié à la réalisation de projets structurants pour notre ville, cela pourrait se comprendre mais malheureusement ce n’est pas le cas et la comparaison entre les documents 2018 et 2019 était de ce point de vue tout à fait accablante. En effet dans ce document, sur une quinzaine de lignes, la majorité détaille ses projets. Entre 2018 et 2019, ces quinze lignes sont un “copié-collé” quasi total. La comparaison des deux révèle que pour l’année 2018, la municipalité a construit un ascenseur dans l’école des Hurez et a aménagé le logement de fonction de l’école Jean Rostand.

Tous les autres projets 2018 se retrouvent en 2019. Bien sûr cela peut s’expliquer quand il s’agit du projet renouvellement urbain sur le quartier de la Briquette parce que c’est un projet de longue haleine qui n’a pas encore commencé. C’est plus difficile à comprendre quand les projets non aboutis sont de simples études sur de possibles travaux à venir comme c’est le cas pour l’aménagement de la place ou la réhabilitation du complexe sportif Denayer.

Je n’ose même pas vous parler du cimetière parce que quand j’ai soulevé le fait que la création d’un jardin du souvenir et d’une allée devait pouvoir se faire en un an, il m’a été répondu que non ce n’était pas possible et que le cimetière était très bien entretenu. Il me semble que ceux qui le fréquentent régulièrement ne sont pas tout à fait du même avis…

Alors, la question demeure : que s’est-il passé en 2018 ? Apparemment un cataclysme nous a échappé et il n’a pas été possible de travailler à la mairie de Marly. Les seuls projets dont nous avons entendu parler n’ont pas été évoqué au Conseil municipal de Marly mais au Conseil communautaire de Valenciennes métropole et il s’agit de la création d’une nouvelle voirie pour connecter le stade de Valenciennes et de l’extension du golf. Pas inintéressant mais pas sûr non plus que ce seraient les priorités qu’auraient choisies les Marlysiens.

Notre maire se désintéresse totalement de la gestion de la ville et consacre son temps à pérorer sur des questions nationales. Certes, il est plus simple de faire de la politique nationale de café du commerce que de s’occuper d’une ville  de 12 000 habitants mais Marly a besoin d’un maire, pas d’un candidat à la députation ou à la présidentielle.

http://www.lavoixdunord.fr/534341/article/2019-02-07/au-conseil-municipal-ca-canarde-dans-tous-les-coins